Axel Frechet, l’éloge de l’abnégation

Classé dans : Uncategorized | 0
Ils sont nombreux les jeunes tennismen a rêver de devenir joueurs professionnel. Parmi tous les prétendants à ce but ultime, Axel Frechet veut lui aussi se faire sa place. Un rêve auquel il a décidé de consacrer son adolescence toute entière.
Axel Frechet se démarque par sa combativité en match comme à l’entrainement.


« C’est sûr que c’est dur et que j’ai peu de chances de réussir ». Atteindre les sommets de l’ATP, c’est la promesse d’un long chemin fait de sacrifices et d’incertitude. Mais il en faudrait plus pour vaincre la détermination d’Axel Frechet. « Forcément ça fait un peu peur mais une carrière professionnelle dans le tennis est un truc dans lequel je crois vraiment.» Conscient de la difficulté de son projet, il s’investit totalement pour n’avoir aucun regret. «Je me dis que si ne m’arrache pas tout le temps peut être que je ne vais pas réussir.» Un engagement total qui paye jusqu’à présent. Champion de France des 11/12 ans en 2019 et demi-finaliste à Auray pour le mondial U12, il impose son physique du haut de ses 14 ans et de sa silhouette élancée. Si le bandeau qui retient sa chevelure blonde fait penser à Nadal ou Federer, c’est pourtant Djokovic qui l’inspire. «Ça a toujours été lui. J’aime sa façon de jouer, son caractère, c’est un mec qui se bat tout le temps.» Mais ce qui l’impressionne avant tout c’est sa détermination en dépit d’une côté d’amour moins élevée que le duo Federer-Nadal. Son entraineur Jean-Baptiste Dupuy reconnaît d’ailleurs chez son protégé une implication sans faille. « Axel c’est un gros travailleur, il a un bon état d’esprit c’est un peu un stakhanoviste car il est dur au mal. »


Le tennis et rien d’autre

Sa relation avec le tennis est presque instinctive, comme si ce sport l’avait choisi plutôt que l’inverse. Impossible pour lui de se rappeler de ses premiers pas sur un court alors qu’il avait trois ans. «Mon premier souvenir marquant c’est à 6 ans, le premier tournoi que j’ai fait à mon club d’Annecy où j’avais gagné. » Si ses parents lui ont mis une raquette en main très jeune, il assure ne pas avoir été poussé pour continuer dans cette voie. Très vite centré sur la balle jaune, il a eu des horaires aménagés dès le CM2 et a été déscolarisé avant d’entrer au collège puis au CREPS de Poitiers au pôle France de la fédération. « Même si j’ai de l’intérêt pour l’école je préfère devenir joueur professionnel que faire n’importe quel autre travail.» Mais Axel trace sa voie sans remord ni regret. « J’ai pas fait beaucoup d’autres choses que le tennis et j’ai pas vécu le collège donc je ne sais pas ce que c’est et je ne peux pas dire que ça me manque. » Il n’envisage rien d’autre que le tennis et avance avec la confiance de savoir qu’il est au bon endroit. «  Il y a plus d’entrainements, tout est fait pour que tu réussisses, il y a les infrastructure pour progresser, les entraineurs aussi. »


Un rêve à entretenir

Il y a peu de place dans la vie d’Axel pour d’autres centres d’intérêt. « Il n’y a pas grand chose qui m’attire plus ou me fait plus vibrer plus que le tennis. » Seul le basket a aussi avoir les faveurs du jeune droitier. « J’aime surtout la NBA, je suis fan des Magic d’Orlando et je suis déjà allé voir un match d’eux.» Un lien avec les Etats-Unis qu’il cultive depuis ses nombreux séjours là bas lors de vacances en famille. Mais ce qu’il retient surtout de ce pays, c’est une culture de la gagne. «J’aime leur mentalité, ils se croient plus forts que tout le monde et c’est ce qui les fait réussir aussi. » Un atout indéniable alors que la concurrence augmente chaque année pour Axel. Mais il ne s’attarde pas sur les difficultés à venir et s’investit dans le tennis avec une envie naturelle et sincère. « Je donne déjà vraiment beaucoup pour ce sport, mais ça me paraît logique. » Et c’est peut être là le secret. Une insouciance que son entraineur tient à préserver. «À cet âge, devenir tennisman professionnel c’est encore une notion de rêve avant d’être un objectif.» Loin de ces considérations, Axel Frechet s’accroche à cette ambition pour réaliser un rêve qui ne l’a jamais quitté.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *