Mathis Heng : “Depuis tout petit je voulais aller au pôle”

Mathis Heng, 13 ans, a commencé le tennis il y a une dizaine d’années en région parisienne. En septembre dernier, l’adolescent a intégré le pôle France de Poitiers, loin de chez ses parents. Une nouvelle vie, entre tennis de haut niveau et internat, qui lui convient parfaitement. 

Mathis Heng, comme chez lui au pôle France de Poitiers.

Tu peux acheter un paquet de bonbons si tu veux, mais pas remplir le coffre de la voiture!”. C’est l’heure du déjeuner au pôle France tennis de Poitiers. Jean Baptiste Dupuy, l’entraîneur, en profite pour glisser quelques conseils diététiques à Mathis Heng, 13 ans. « Ses plateaux n’ont plus rien à voir avec ceux qu’il prenait quand il est rentré”, rigole le coach. Pas question d’oublier le plaisir de manger, évidemment, mais simplement de prendre conscience qu’à haut niveau, la nutrition fait partie intégrante de la performance. Mathis aura donc son paquet de bonbons lorsqu’il ira faire des courses, un peu plus tard, cet après-midi là. 

A la découverte d’une nouvelle vie

Mathis Heng, comme chez lui sur les au pôle France tennis de Poitiers.

L’adolescent s’est très vite adapté à sa nouvelle vie au pôle France de Poitiers. Pantalon de survêtement et haut à capuche noirs, il se promène comme chez lui dans les allées du grand parc qui accueille les infrastructures sportives. Courts couverts, courts en terre battue, salle de musculation, piscine, il fait la visite des lieux. “Je me suis senti tout de suite super bien intégré. Il y a une très bonne ambiance”, explique-t-il. Ils sont six joueurs de tennis, cette année, au CREPS.. “Avec les autres on est plutôt potes”, détaille Mathis. “Je les connaissais déjà presque tous, on a plus ou moins le même âge.” Pas vraiment de concurrence entre eux, au contraire, affirme Mathis : “On se tire les uns les autres vers le haut, on rigole.” Jean Baptiste Dupuy, son coach, le confirme : “L’émulation est vraiment importante entre eux. Il y a toujours un très bon état d’esprit. Et c’est cet état d’esprit, qui les fait progresser, qui les fait avancer.

C’est Mathis lui-même qui a demandé à entrer au pôle de Poitiers. “Avant j’étais dans une structure privée. Mais depuis tout petit je voulais aller au pôle. J’étais déjà venu ici pour des stages nationaux. Je n’ai pas été trop perdu en arrivant, j’avais déjà des repères” “On ne va jamais chercher un joueur. Ça doit toujours venir de lui”, explique Jean Baptiste Dupuy. Mathis et sa famille, avec l’accord de son ancien entraîneur, ont déposé un dossier au printemps 2020. Au fil des stages d’intégration, joueur et entraîneur ont appris à se connaître.  “On sentait qu’il avait toutes les qualités pour intégrer une structure comme celle-là”, se souvient le coach. 

Ce jour-là, Mathis n’a pas pu s’entraîner à cause d’une douleur au dos. Il revient de chez le médecin. Si le ton est calme, posé, il semble préoccupé par cette blessure. “Ici il y a tout, kiné, ostéopathe, médecin, préparateur mental. C’est pratique, on n’a pas à attendre pour avoir rendez-vous.” Il s’entraînait déjà environ 18 heures par semaine, mais à Poitiers la charge de travail a encore augmenté. Désormais, les séances sont bi-quotidiennes. “Je trouve que les entraînements sont plus durs à gérer”, commente-t-il. Plus d’intensité, plus d’exigence aussi.”Il doit s’habituer à la charge de travail qu’on a ici à Poitiers”, confirme son entraîneur. “Il a une vraie marge de progression, ce qui est normal à son âge. Par contre, il sait où il va, c’est clair dans sa tête. Il sait pourquoi il est là.” 

Mathis à l’entraînement, au pôle France tennis de Poitiers

“Jamais de coups de blues”

La famille de Mathis habite en région parisienne. A 13 ans, il a dû quitter ses parents pour s’installer à l’internat du CREPS. Il ne rentre chez lui que tous les 15 jours. Une petite chambre individuelle, un lit une place, un bureau, un lavabo. Quelques photos et posters affichés aux murs. C’est ici que Mathis vit depuis un an.  “Ma chambre n’est pas très grande, mais ça va. Mes parents ne me manquent pas trop”, confie-t-il. “L’année dernière on partait souvent en tournoi deux semaines, donc j’étais déjà habitué à ne pas être toujours à la maison. J’ai appris à être indépendant. ” Souvent, ce sont ses parents qui viennent aux nouvelles, pour savoir s’il s’entraîne bien. Mathis les appelle aussi, de temps à autre, juste pour parler quelques minutes. Mais il l’assure : “Je n’ai jamais de coups de blues ou de déprime. Si c’était à refaire, je le referais. Je ne regrette pas du tout d’être venu à Poitiers.” 

Ses parents sont loin, mais Mathis peut compter sur Marie Gaudin et les autres assistants d’éducation. Elle détaille : “On est tous jeunes, on est un peu leur grand frère ou leur grande soeur. On reçoit beaucoup de confidences sur leurs petits soucis d’adolescents”. Les assistants d’éducation guident doucement les jeunes vers plus d’autonomie et d’indépendance : apprendre à faire leur lessive, leurs courses, ranger la chambre. A l’internat, les règles sont strictes et l’emploi du temps minuté. Tous les soirs à 21h20 tapantes, Marie et ses collègues font le tour des chambres pour récupérer les portables. “C’est obligatoire, on ne leur laisse pas le choix. Sinon ils passent la nuit dessus et ils ne récupèrent pas.” Heureusement, pour se changer les idées, il y a les sorties du weekend. “Avant le covid on les emmenait au Mcdo le dimanche midi, et ensuite on allait voir un film au cinéma, ou faire du paintball, du laser game. Des activités qui ne risquent pas de les blesser et surtout qui les amusent.” Avec la crise sanitaire, il a fallu se réinventer. Le cinéma a désormais lieu à l’internat, et les jeux, en ligne, chacun dans sa chambre. 

Ce n’est pas ce qui préoccupe le plus Mathis. l’adolescent est concentré sur ses objectifs. Le CREPS de Poitiers doit lui permettre d’intégrer, dans quatre ans, le Centre National d’Entraînement, à Roland Garros. La voie royale pour devenir professionnel. Son rêve? Remporter un tournoi du Grand chelem, “si possible Roland Garros”, souffle-t-il. 

Mia ZANCHETTA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *