Constance Levivier, émotions confinées

Longtemps affectée par des pensées négatives sur le court, Constance Levivier, 16 ans, 652e  au classement mondial junior, a appris à gérer ses émotions grâce  à une sophrologue et sa coach, Elsa Morel. Une étape de plus vers le haut niveau.

Heureuse et épanouie sur le court, Constance Levivier peut envisager l’avenir avec sérénité. (Crédits: Elsa Morel)

 » C’était très hautain comme réaction ! ‘’ Assise sur un vieux banc, à cent mètres de son club, le Tennis Jean-Bouin, dans le 16e arrondissement de Paris, Constance Levivier, silhouette longiligne et cheveux châtains clairs attachés, fronce les sourcils. La rage, le doute et la frustration. Autant de sentiments  qui ont gâché les premières années de cette jeune espoir du tennis français de 16 ans. ‘’ Je m’énervais toute seule, déplore-t-elle. Cela m’a fait perdre beaucoup de rencontres. J’étais trop exigeante envers moi-même.

Cette culture de l’exigence, Constance Levivier l’a apprise et cimentée auprès de Murielle Methon, son ancienne coach à la Ligue de Paris de 2013 à 2018. Cinq ans. Cinq ans d’une relation ambivalente. ‘’ Elle était hyper stricte, lâche-t-elle. Sur un terrain, elle m’engueulait tout le temps. Moi, ça me plaisait, car j’aime bien quand on me pousse. J’en ai aussi gagné des matches grâce à ça. ‘’ Mais la Parisienne, en proie au doute, peine à acquérir la confiance en soi. ‘’ En plein match, je commençais à réfléchir. Je cogitais énormément. Je me repassais tout ce qui n’allait pas. ‘’ Sa maman, Ségolène Levivier, se souvient de scènes d’après match. ‘’ Si elle perdait, elle se mettait dans une bulle. C’était impossible de lui parler.   »

Aux Seychelles, le premier trophée soulevé par Constance Levivier, à 7 ans (Crédits: Ségolène Levivier)

‘’ Un déclic ‘’

En 2018, le changement intervient avec l’arrivée d’Elsa Morel à ses côtés. La méthode et le caractère de l’entraîneure correspondent davantage à sa personnalité. ‘’ Elle est très calme et relax, note Constance Levivier. C’est un plaisir de s’entraîner avec elle. Elle m’aide à avoir confiance en moi. ‘’ De cette relation fondée sur l’échange et la bienveillance, naît le désir de collaborer avec une sophrologue. Constance Levivier a alors 14 ans.

Ce qui est au début un essai de dix semaines se transforme en une association pérenne. Pendant un an, elle enchaîne les séances hebdomadaires. Dans le salon de la spécialiste, à quelques pas de son club, Constance Levivier apprend à relativiser ses échecs. ‘’ Je faisais des exercices d’imagerie mentale, assure-t-elle. Cela consiste à projeter tous les souvenirs positifs que j’avais sur le court. Il n’y en avait pas beaucoup. (rires) ‘’ Cette thérapie est une aubaine pour la Parisienne. ‘’ Cela a été un déclic pour moi. ‘’ Un constat confirmé par sa mère. ‘’ Je la trouve plus apaisée et plus sereine. ‘’

Aujourd’hui, la jeune joueuse est encore accompagnée de manière régulière par une préparatrice mentale. Même si le besoin se fait moins ressentir. ‘’ Je l’appelle avant chaque tournoi. Je lui dis ce qui ne va pas. On peut mettre en place des exercices de yoga ou de méditation par exemple ‘’, explique-t-elle. Sur un carnet, la jeune tenniswoman note tous ses conseils. Des leçons qu’elle relit assidûment avant chaque match. Des leçons bien retenues.

Une biographie de Rafael Nadal dans la chambre

En mars dernier, lors du premier tour des qualifications du Future (3e division) à Gonesse, dans le Val d’Oise. Menée 9-7 dans la manche décisive par une Espagnole, la Parisienne s’est arrachée pour décrocher la victoire. De quoi déclencher la joie de sa maman ‘’ Elle était limite plus contente que moi dans la voiture (rires) ‘’, sourit-elle. ‘’ Peu importe le résultat, si elle se bat, je suis heureuse ‘’, rebondit sa mère.

Une part de son avenir se joue peut-être aussi dans les murs de sa chambre. Sur une grande armoire, trône la biographie d’un certain Rafael Nadal. Un modèle de combativité. La source d’inspiration est toute trouvée.

Antoine Grotteria

Constance Levivier, 16 ans, née le 8 février 2005

  • 1,74 m, 58 kilos
  • Entraînée par Elsa Morel, Ligue de Paris
  • Licenciée au Tennis Club Jean Bouin
  • 652e au classement mondial junior, -2/6 au classement français
  • 2011 : première licence de tennis sur l’île de Mahé, aux Seychelles
  • 2013 : elle intègre le Comité de Paris
  • 2017 : championne de France dans la catégorie filles 12 ans avec la Ligue de Paris.
  • Janvier 2018 : première participation aux Petits As, avant une deuxième l’année suivante.
  • Mars 2020 : premier match en qualification sur le circuit professionnel, en Futures, le plus bas échelon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *